Les IPP (inhibiteurs de pompe à protons) : attention aux effets secondaires!

Bonjour,

Vous avez été nombreux à me demander mon avis sur les IPP (Inhibiteurs de pompe à protons).



IPP (Inhibiteurs de pompe à protons) effets secondaires




Aussi, je me devais de vous y répondre.

Et vous expliquer pourquoi les IPP sont des poisons à ne jamais prendre, et comment ils ont ruiné ma santé :



Qu'est-ce qu'un IPP (Inhibiteurs de pompe à protons)?



Un IPP ou inhibiteur de pompe à protons est un médicament pour bloquer l'acidité de notre estomac.

Afin de ne plus ressentir de brûlures d'estomac, remontées acides et ce genre de désagrément.



Les différents IPP qui existent actuellement


Il existe plusieurs médicaments dans la classe de ces IPP :


  • Inipomp (ou son générique Pantoprazole)
  • Inexium (ou son générique  Esoméprazole)
  • Lanzor ou Ogast (ou son générique Lansoprazole)
  • Mopral (ou son générique Oméprazole)
  • Pariet (ou son générique Rabéprazole)



Les IPP (Inhibiteurs de Pompe à Protons) sont donnés par les gastro-entérologues à toute personne allant les voir et se plaignant de brûlures d'estomac, remontées acides, reflux.

Parfois, ils sont même prescrit sans qu'aucune fibroscopie de l'estomac ne soit pratiquée : aujourd'hui, il faut dire ce qu'il en est = les IPP sont distribués comme des Smarties.

"J'ai des brûlures d'estomac" ---> allez hop un petit Smarties !

Sauf que les Smarties sont des bonbons.

Les IPP, eux ont des effets secondaires par milliers...

Et si j'avais su, je n'en aurai pas pris ! Jamais !

Sauf que je faisais confiance aux gastro-entérologues, je faisais confiance à la médecine, alors j'ai suivi les prescriptions.

Et je m'en mords les doigts encore aujourd'hui.





Pendant combien de temps prendre les IPP?



Pour ma part : J'ai pris des IPP pendant 1 an et demi, en continu, quotidiennement.


Je prenais de l'Inipomp:
  • matin et soir 40 mg, lorsque je mangeais de tout sans faire attention au respect de mes intolérances alimentaires;
  • puis à des doses moins élevées à partir du moment où j'ai stoppé gluten, lactose, caséine, maïs, soja, levure et tous ces poisons pour mes organes.


Après tant d'années sous IPP, j'ai eu le temps de me rendre compte chaque jour un peu plus que:
  • OUI, les IPP me soulageaient mes brûlures d'estomac
  • Mais OUI, les IPP sont responsables en grande partie de ma porosité intestinale actuelle.

Car ce n'était clairement pas normal qu'à chaque prise d'un IPP je devais en parallèle prendre un comprimé d'antispasmodique pour calmer mes spasmes déclenchés par la prise de ce fameux IPP.

Et puis, plus je prenais de doses fortes d'IPP, plus j'étais constipée, et plus on me prescrivait de laxatifs pour contrer cet effet (laxatifs qui irritent encore un peu plus les intestins !!).

Bref, vous l'aurez compris, un vrai carnage que ces IPP.



Et puis je voudrais insister sur un point très important :

On a des brûlures d'estomac non pas parce qu'on a TROP d'acidité, mais parce qu'on n'en a PAS ASSEZ !

Donc bloquer notre acidité fait que nos problèmes vont s'agrandir en cascade; d'abord en silence puis une fois qu'on devra arrêter ce médicament on découvre alors l'ampleur des dégâts.

Mais demandez à un médecin combien de temps vous devez prendre vos IPP : il vous répondra à VIE.

En tout cas c'est ce qu'on me disait, une fois qu'on commence on ne peut plus les arrêter; car vous subirez un effet rebond à chaque fois que vous essayerez d'arrêter.

Ce qui signifie que vous aurez encore plus d'acidité et de douleur qu'avant de les avoir pris au tout début de votre problème !

Parce que votre corps ne saura plus gérer l'acidité qui lui arrive à nouveau en masse.



Essayez d'arrêter vos IPP, vous le constaterez par vous-même : le lendemain, vous aurez mal comme jamais !
Mais ça, aucun gastro-entérologue ne vous le dit.

Et aussi regardez sur la notice de votre médicament : il est écrit de prendre ce médicament pendant une durée de... 2 semaines ! et non pas A VIE !



William Osler a écrit la phrase suivante :


“La personne qui prend des médicaments doit récupérer deux fois, une fois de la maladie et une fois du médicament.”
– William Osler, M.D.





*****




Enfin je terminerai mon post par vous énumérer tous les risques associés à la prise des IPP sur le long terme. 






Risques et effets secondaires des IPP


De par le fait qu'ils réduisent l'acidité de notre estomac, ces médicaments impliquent :

  • une réduction de l'absorption de la vitamine B12, de la vitamine C, de l'acide folique et d'une foule d'autres vitamines.
  • une réduction de l'absorption des minéraux, tels que le calcium, le magnésium, le fer et le zinc.
  • une augmentation du risque du SIBO. Eh oui, c'est "grâce" aux IPP que je me suis chopée le SIBO. Car l'acidité tue les bactéries. Or les IPP bloquant toute l'acidité, les bactéries sont reine dans ce milieu, et peuvent se développer en nombre !




Conclusion



J'ai été sous IPP, je pensais que c'était une bonne chose, mais en définitive ils m'ont détruit les intestins, m'ont donné le SIBO et une irritation intestinale amplifiée.

J'ai réussi à les stopper grâce à un sevrage progressif (ne tentez pas de les stopper d'un coup sinon vous allez mourir de douleurs !!) et des remèdes / produits naturels pour soulager ses brûlures d'estomac.

Lire les posts suivants à ce propos :
Comment se sevrer des IPP?
Plantes, remèdes naturels contre les brûlures d'estomac



Maintenant j'ai retrouvé l'acidité normale de mon estomac et j'ai moins de brûlures d'estomac que j'en avais sous IPP à l'époque. 

Par des changements alimentaires : il n'y a que ça qui marche !


Et l'acidité gastrique étant un puissant antibactérien, surtout ne prenez plus aucun médicament qui stoppe l'acidité : sous peine d'avoir une prolifération bactérienne, le SIBO, le candida.





Nota Bene : j'ai parlé des IPP, mais j'ai aussi eu droit aux anti-H2 (Azantac ou son générique Ranitidine) et aux pansements gastriques (Gaviscon, Ulcar, Exoss One, Topal) => le topo est le même : stopper l'acidité donc permettre aux bactéries de s'implanter. Et aux désordres et maladies intestinales d'arriver...

PARTAGEZ CET ARTICLE

Auteur:

Malade depuis 4 années de colopathie fonctionnelle, SIBO, candidose, brûlures d'estomac, reflux, je m'en suis moi-même sortie. Je vous fais partager sur ce blog tous les moyens qui m'ont permis de m'en sortir.

N'oubliez pas de vous abonner à ce blog : Abonnement au blog Guérir ses Intestins, ainsi que sur mes réseaux sociaux : Ma page Facebook / Ma page Twitter / Ma page Google+ / Ma page Pinterest / Ma page Instagram

Post Précédent
Post Suivant
Delphine
13 septembre 2015 à 19:38

Moi je n'ai pas eu la "chance" d'avoir des IPP comme traitement ou peut-être une fois, par contre on m' a donné des tonnes d'antispasmodiques, anxiolytiques, antidépresseurs, Laroxyl, Prozac et autres qui m'ont bien bousillée...

Répondre
avatar
14 septembre 2015 à 02:58

Merci beaucoup pour ton article, c'est super intéressant...mais vraiment pas rassurant

Répondre
avatar
Isa
14 septembre 2015 à 10:31

Les médicaments que tu cites ne sont pas mieux que les IPP, pas la même classe de médicaments mais les conséquences ne sont pas meilleures !!!
Je ferai un post prochainement dessus d'ailleurs.

Répondre
avatar
Isa
14 septembre 2015 à 10:33

De rien Sofy :)
Oui, mais au moins j'espère que grâce à mon post les gens ne feront pas la même erreur que moi et ne suivront pas à l'aveugle les prescriptions d'IPP qu'on leur donne. Même quand on a des brûlures d'estomac, les IPP sont la pire des solutions.

Répondre
avatar
Delphine
14 septembre 2015 à 16:29

J'ai payé le prix fort pour savoir qu'ils ne valaient pas mieux, avec Le Prozac j'ai cru que j'allais crever je me levais la nuit, je tanguais et manquais de tomber et au moment du sevrage j'ai vraiment failli crever, ma tête était serrée dans un étau, je souffrais le martyr, je ne pouvais plus rien faire, ni respirer ni rien. Je maudis les faux médecins, ces charlatans, la fausse médecine.

Répondre
avatar
Isa
14 septembre 2015 à 18:38

Oui je comprends tout à fait. Disons que la médecine est un commerce comme un autre, ils sont poussés par les labo pour faire des chiffres.... J'ai même eu des médecins qui carrément me montraient les publicités pour de nouveaux médicaments que les labo étaient venus leur présenter !!

Répondre
avatar
Delphine
16 septembre 2015 à 01:56

oui ça fait froid dans le dos...mon expérience est assez effrayante aussi, je veux dire être un cobaye finalement, m'enfin le cobaye se réveille quand même un jour ou l'autre ;)

N'hésite pas à faire un post sur ces merdes chimiques si tu as un avis/expérience :)
ça n'aide pas les personnes qui ont le SCI ou SIBO (que ce soit antidépresseur ou antispasmodique), ça n'aide PERSONNE, et ceux qui pensent être aidés par ces merdes ont été influencés.

J'ai découvert cette vidéo dans laquelle tu comprends que les médecins se sont acoquinés avec les labos pour créer un joli livre dans lequel sont répertoriées toute sorte de maladie dite "psychique" : https://www.youtube.com/watch?v=CVM6e5Whd2U

Pour rappel, l'obésité, la dépression, le Sibo etc. sont liés à nos microbes, OUI nos pourris de microbes qui nous mènent la vie dure.

Répondre
avatar
Isa
16 septembre 2015 à 15:16

Tout à fait d'accord avec toi;
et oui, je vais faire des posts sur ces médicaments et les conséquences.
Pour que personne ne tombe dans le piège et les conséquences désastreuses derrière.

Répondre
avatar
Anonyme
12 février 2016 à 07:30

En ce moment je prends de l omeprazole pendant 5 jours et boum douleurs terribles aux intestins. J arrête et le lendemain au réveil toux de rgo avec brulure fond de gorge. Je ne sais plus quoi faire. ...

Répondre
avatar
Isa
12 février 2016 à 20:11

Tu es exactement dans le cas où j'étais : prendre l'IPP et avoir des douleurs à cause du médicament dans les intestins, ou ne pas le prendre et avoir des brûlures à l'estomac. Malheureusement plus tu prendras les IPP, plus tu vas péter tes intestins et avoir des maladies intestinales qui vont s'ajouter à tes douleurs à l'estomac.... et c'est le cercle vicieux sans fin.... Donc il faut : pas d'IPP et soulager ses douleurs à l'estomac avec des produits naturels qui te soulageront sans effet secondaire délétaire : http://vivreavecuncolonmalade.blogspot.fr/2016/01/plantes-remedes-naturels-pour-soulager.html

Répondre
avatar
31 mai 2016 à 00:56

Je continue à remontrer tes articles ... J'en ai pour toute la nuit mais ce n'est pas grave! C'est mon côté obstinée obsessionnelle ^^
Ce post dans lequel tu évoques tes intestins bousillés par ces médicaments chimiques me fait penser à la transplantation fécale comme solution radicale et peu ragoûtante certes mais en as-tu déjà entendu parler? Si oui, qu'en penses-tu? (Je continue ma lecture afin d'être à jour pour mieux te suivre!)

Répondre
avatar
Isa
31 mai 2016 à 18:45

J'espère que tes lectures de mon blog ne t'empêchent pas de dormir x-)
Oui, j'ai entendu parler de la transplantation fécale, et pour moi c'est une aberration.

Répondre
avatar
10 octobre 2016 à 20:11

bonjour, renseignez vous , mais je crois savoir que le candida se développe dans les milieux acides... il est donc risqué d'affirmer que la prise d'ipp favorise ce champignon.Par contre , je suis d'accord avec les effets secondaires pré cités, avez vous aussi un problème avec le sommeil ? je suis à 80 mg , e passe depuis quelques semaine à 40 mg , problèmes de douleurs gastriques et constipation, satiété etc...mais aussi insomnies? peut être quelqu'un a t'il aussi ce problème. merci

Répondre
avatar
Isa
13 octobre 2016 à 20:01

Bonjour Olivier, tu confonds 2 choses : oui le candida se développe en milieu acide d'où pourquoi il faut alcalaniser un terrain. Mais par contre couper l'acidité de l'estomac avec des inhibiteurs de pompe à protons (IPP) permet aux bactéries de se développer car toute digestion normale ne peut pas s'effectuer sans acidité.

Non, cela n'avait aucun impact sur mon sommeil personnellement. Beaucoup d'effets secondaires mais pas celui-ci.

Répondre
avatar
28 avril 2017 à 09:15

Bonjour on vient de me prescrire des ipp pour 2 semaines pour une oesophagite (je ne pouvais presque plus avaler, douleur très forte au sternum et impression d étouffer etc) survenue brutalement et pour la 1ere fois. J ai commencé par lansoprazole 40mg 1 prise le soir et si cela a diminue les douleurs, j étais complètement somnolente, épuisée, avec migraines violentes et jambes très lourdes. Du coup le médecin a changé pour du 15 mg. Mais toujours pareil avec en plus des crampes musculaires et des douleurs abdominales après chaque repas. Donc re- changement et cette fois inixium 20mg. Je l ai pris hier soir pour la 1ere fois et cette nuit j'ai eu un accès de crampes- douleurs + sensation de fièvre très élevée. J ai du prendre du paracetamol. Bref je pense arrêter ce soir les ipp après une semaine et ne continuer qu avec homéopathie et plantes. Qu en pensez vous ? Vais je souffrir de l effet rebond après 5 jours ?

Répondre
avatar
Isa
2 mai 2017 à 20:19

Ton effet rebond ne sera que léger voir inexistant au bout de seulement 5 jours de prise d'IPP : tu peux remercier ton corps qui t'a fait rejeté ce poison dès le départ ! Car moi il m'a fallu 2 années d'IPP pour comprendre combien ce médicament m'avait fait de mal...
Oui pour les plantes et n'oublie pas aussi les changements alimentaires (suppression des aliments favorisant les brûlures d'estomac et RGO).

Répondre
avatar
5 mai 2017 à 14:42

Bonjour. Alors moi je me suis fait opérer d'un by-pass il y'a 4 ans. Il y a un an j'ai fait une péritonite du à un ulcère sur l'anastomose de mon estomac. Depuis je prends des ipp (au début 80mg par j pendant 3mois et depuis 40mg) ca fait plus de un an qui j'y suis. Mon chirurgien m'a dit que ça serait à vie.

Répondre
avatar
Isa
5 mai 2017 à 17:13

Bonjour Aurélie, malheureusement j'ai entendu beaucoup de personnes me dire qu'après un by-pass elles se retrouvaient avec des brûlures d'estomac qu'elles n'avaient jamais eu auparavant. Tu dois essayer de stopper les IPP, car ces médicaments vont t'ouvrir d'autres problèmes futurs. Non, ce n'est pas "à vie", moi c'est ce qu'on m'avait dit aussi, et aujourd'hui je vis très bien sans; et plus aucune douleur à l'estomac. Ces médicaments sont des poisons lents en puissance.

Répondre
avatar
6 mai 2017 à 08:58

Mon gastro entérologue et mon chirurgien m'ont dit à vie car sinon j'avais un risque de récidive de l'ulcère. Je sais plus quoi faire j'ai vécu un enfer il y'a un an et j'ai peur que ça recommence. J'ai 31 ans et 2 enfants donc pas facile

Répondre
avatar
Isa
6 mai 2017 à 15:31

Si tu as lu mon blog, tu sais donc que moi aussi on m'avait dit que je devrais les prendre à vie. Après c'est ton choix: continuer à les prendre, devoir augmenter peu à peu les doses car ta dose d'aujourd'hui ne sera plus suffisante pour te soulager, voir apparaître de plus en plus d'effets secondaires, des maladies qui se greffent comme le SIBO à cause du manque d'acidité de l'estomac, etc.

Répondre
avatar
22 mai 2017 à 15:24

Coucou Isa.
J'ai un traitement anti dépresseur depuis 4 ans : Seroplex (je supose que c'est mauvais mais je ne sais pas comment faire sans pour le moment...)
De plus, pour la fibromyalgie diagnostiquée récemment, le rhumato m'a prescrit : Meloxicam avec Pantocrazole (car comme j'ai des pb digestifs il m'a dit qu'il fallait le pantocrazole avec. J'ai aussi Gabapentine dans mon traitement.
Que penses tu de tout cela ? ça m'angoisse car je sais plus comment m'en sortir avec tout ça lol

Répondre
avatar
Isa
29 mai 2017 à 17:29

J'ai déjà eu le Seroplex, le Pantocrazole aussi : des poisons. Le Seroplex me donnait des brûlures d'estomac, m'irritait et derrière tu es obligée d'avoir des IPP pour te soulager... Tu es dans un cercle vicieux total là avec ces médicaments, et ne pourra jamais aller mieux.

Répondre
avatar
1 juin 2017 à 16:39

D'accord... J'essaye de prendre le Meloxicam sans l'accompagner de Pantacrazole alors ? On m'a donnée le Pantacrazole pour éviter que le Meloxicam ne m'apporte trop d'acidité et ébranle encore plus mes problèmes digestifs. Je vais essayé ...
Pour le Séroplex, j'essaye de le diminuer petit à petit, mais bon je ne sais pas comment je vais pouvoir m'en sortir sans, car je veux pas être mal après, car je fais de la dépression quoi... Mais je ne demande qu'à éviter tout ça !

Répondre
avatar
Isa
7 juin 2017 à 22:05

Si tu continues à prendre le Meloxicam, tu auras à cause de ce médicament trop d'acidité, donc obligé de prendre ensuite des IPP pour contrer les effets négatifs du Meloxicam, et ensuite l'IPP lui même t'obligera à prendre d'autres médicaments pour contrer les effets secondaires de l'IPP... c'est une boucle sans fin.

Répondre
avatar
25 août 2017 à 16:45

Petit témoignage:

Je suis asthmatique. fin du printemps je vais voir un médecin, c'est pic de pollution à Paris, je mouche beaucoup (et jaune), j'ai mal à la tête, un peu de fièvre, mal à la gorge. Je veux que ça cesse pour pouvoir travailler.
Aucune question sur mon mode de vie...
On me donne:
-sirop pour la toux
-paracétamol
-antibiotiques (c'est pas automatique, et pourtant)
- brycanil
Je suis tout à la lettre.

1 mois plus tard: je ne mouche plus jaune, seul amélioration. Je vais voir un autre médecin (vacances)
Par contre j'ai mal aux poumons (mais vraiment), je tousse comme un fumeur (je ne fume pas). C'est une bronchite asthmatiforme couplé à une rhinite.
Je dis que j'ai eu des antibios, que ça fait un mois... je raconte toute l'histoire
Là encore, aucune question sur mon mode de vie, j'évoque la désensibilisation: réponse: "ça ne sert à rien"
On me prescrit:
- bricanyl (pour asthme)
- Mométasone (pour le nez)
- Desloratadine (pour la rhinite)
- budézonide: antihistaminique H1

Tout part, je suis content, mais c'est un traitement de fond.
Un mois plus tard j'ai mal au ventre (estomac), des remontées gastriques et puis je commence à sentir une odeur étrange, une odeur et un gout entre le métal et le pétrole.
C'est de plus en plus fort.

Je vais à la pharmacie, j'explique mon problème, on me dit de prendre un IPP (Inhibiteur de pompe à proton), sans rien me dire d'autre. Je demande s'il y a des effets secondaires, des choses à savoir, que je suis déjà sous traitement, réponse: "non, c'est LE médicament sans effet indésirables" (bizarre...). Bon OK, je prends.
5 jours plus tard, plus mal à l'estomac mais à à l'aine et bas du ventre, de plus l'odeur et le goût sont présents quasi en permanence, c'est hyper désagréable, je ne mange quasiment plus. Je commence vraiment à avoir peur. J'arrete tous mes médicaments, dans le doute.
Je vais voir un 3eme médecin, je suis en vacance, dans une autre ville.
J'apporte TOUS mes médicaments, je sors mon ordonnance, je la lui montre, je raconte mon histoire dans l'ordre, je fais attention à ne rien oublié. Il me pose des questions sur mon mode de vie (enfin!), là je dis que me mange trop, trop sucré, trop salé depuis un bout de temps.
Il examine ma bouche, verdict: c'est un champignon (il ne me dit même pas lequel, après des recherches je découvre que c'est une candidose)
Traitement:
- IPP
- Anti- champignon
- Anti mal de ventre
Rien d'autre, pas de recommandation.

Répondre
avatar
25 août 2017 à 16:45

7 Jours que ça ne part pas, l'odeur et le gout sont moins présent, mais ça ne part, je suis au bout du traitement antifongique.

Moralité je fais des recherches:
-l'asthme et les allergies peuvent provenir d'une mauvaise hygiène de vie. Le premier médecin aurait du me le dire.
- L'antibiotique détruit la flore intestinal, le premier médecin aurait du me conseiller des probiotiques
J'ai du commencer à avoir un début de développement incontrôlé de la candidose à ce moment là, à cause d'une mauvaise alimentation et de la destruction de la flore intestinale, ça lui laisse le champs libre.
- Le second médecin à tout bien fait, sauf qu'il aurait du me dire qu'après avoir pris le budésonide: antihistaminique H1, il faut se rincer la bouche (je ne le savais pas), car cela a pour conséquences le développement de... La candidose.
- Le pharmacien n'a pas pris en compte le changement de gout et d'odeur, rien à foutre. Maux de ventre => IPP. Sauf que l'IPP a la même conséquence que l'antihistaminique H1... En PIRE: il développe encore la candidose.
- le dernier médecin, lui lutte contre la candidose avec un médicament... Tout en la favorisant avec un autre, l'IPP. Le mal de ventre est probablement causé par la candidose, il le sait, alors pourquoi prescrire un autre IPP?

Une belle brochette de pourris...
Maintenant je me retrouve avec une candidose bien installée. Pour les médecins, une candidose ce n'est "pas grave... Peu d'incidence sur la santé..." Essayez donc de vivre avec une odeur merdique H24/J7, pour voir sur ça n'est pas grave... Voyez ce que ça fait quand vous avalez des aliments et qu'ils un gout de métal et de pétrole, pour voir si c'est rien...

Maintenant je suis obligé de chercher sur internet ce que je dois faire, ce que je dois manger ou pas pour rétablir mon équilibre intestinal et peut-être réussir à faire reculer la candidose... Je sais que j'en ai au moins pour 2 mois minimum sans aucun aliment sucré...
Si seulement on avait pu commencer par là, Par l'hygiène de vie, plutôt que de me prescrire une dizaine de médicaments dont 3 fois qui n'ont fait que renforcer le problème...

Répondre
avatar
Anonyme
27 septembre 2017 à 20:07

bonjour isa, j'ai une hernie hiatal et je prends de l'omeprazol 20 mg le matin depuis 1 an environ. J'ai environ tous les 3-4mois une grosse crise. J'ai une brûlure horrible au niveau du clapet, poitrine que je n'arrive pas à m'expliquer. Au début je croyais que c'était au fait que je ne prenais pas l'ipp (je ne le prenais pas régulièrement tous les jours). Mais aujourd'hui, j'ai eu une grosse crise et ça a duré 4h. J'avais pris l'ipp. Avec l'expérience que tu as eu, comment explique tu le phénomène? Ma copine a aussi une hernie hiatal, mais elle n'a jamais eu ce genre de crise. Pour moi, c'est une douleur absolument insoutenable. Une fois la douleur là, je ne sais jamais si ça va s'arrêter et il n'y a rien pour la soulager. Mon hernie je l'ai maintenant pour toujours, dès lors, pourquoi n'ai-je pas une crise tous les jours? marc

Répondre
avatar