Tests respiratoires du SIBO (breath test) : hydrogène, méthane, méthyl acétate

Bonjour tous et toutes,

Là va falloir que vous m'envoyiez des messages de soutien, car j'ai le moral au 4ème sous-sol (donc 4 étages à remonter avant d'arrive au niveau 0.... !)

Comme je vous l'avais dis précédemment j'ai le SIBO (terme médical anglophone qui signifie Small Intestine Bacterial Overgrowth).

En gros une personne normale a des bactéries amies dans le gros intestin et aucune bactérie dans le petit intestin.

Et moi j'ai :



  • des bactéries ennemies dans le gros intestin
  • et en plus des bactéries dans le petit intestin.
Bref, le package super négatif quoi...


Et quand on est dans cette situation, vous comprenez bien que les probiotiques c'est la chose à NE JAMAIS PRENDRE ! Contre-indiqué totalement !





Pourquoi les probiotiques sont-ils contre-indiqués en cas de SIBO?


Car les gens qui ont SIBO ont trop de bactéries dans le petit intestin, donc les probiotiques vont nourrir le gros intestin (et donc aider à la suppression des bactéries ennemies dans le gros intestin : donc là c'est du positif), mais en même temps vont nourrir les bactéries que l'on a dans le petit intestin (et donc multiplier leur nombre alors que déjà on ne devrait pas en avoir!).

Quand je pense que depuis 2 ans que je vais de naturopathe à nutrithérapeute en passant par toutes les spécialités et que TOUS me faisaient prendre des probiotiques et que je leur disais que je terminais à l'hôpital en crise de douleur aiguë... enfin bref... Vaut mieux oublier hein...

Donc je reviens à mon "histoire".
Donc j'ai le SIBO;
et pour diagnostiquer le SIBO, il n'y a qu'un seul moyen : les tests respiratoires.

J'ai donc eu droit à cet examen ce matin pour voir le niveau du SIBO que j'ai, et si je fermente plus à l'hydrogène, au méthane, au lactulose ou au fructose.



Je vous explique comment se déroule ces "breath tests" (tests respiratoires):





Le test respiratoire pour le SIBO : en quoi cela consiste? comment cela se passe?




10 heures: Début de l'examen.

Il faut être totalement à jeun de la veille au soir.

On me met un masque à oxygène, et je dois souffler dedans, pendant environ 5 à 10 minutes.
Un appareil enregistre ce que je souffle dans le masque, et analyse (on entend les "bip bip").


Devant moi j'ai la gastro-entérologue qui me fait passer le test, et je la vois littéralement changer de couleur.

On m'enlève le masque à oxygène et elle me demande : "vous arrivez à dormir la nuit?"
Je lui réponds (cri du coeur) : "non je souffre trop, je ne dors plus du tout".

Et là elle me répond : "cela ne m'étonne pas, je ne sais même pas comment vous faites pour tenir là, je n'ai jamais vu des chiffres de fermentation aussi élevés, vous devez souffrir le martyr, je n'en doute pas un instant".

J'avais limite envie de chialer là, de me mettre à genou et de l'implorer de m'aider, que je ne pouvais plus tenir la douleur et qu'elle me "pique" ou bien qu'elle me donne un traitement qui me soulage car je ne pourrais plus continuer ainsi...

En attendant (qu'elle veuille bien me "piquer", lol), elle m'a fait boire un gobelet avec une préparation à base de lactulose et fructose dedans.



Puis attente pendant 1h30 que la solution agisse dans mon corps avant de passer les tests respiratoires suivants.


Midi : Suite et fin de l'examen

Tout d'abord on me demande comment je me sens, si j'ai senti des douleurs (ou pas) pendant les 1h30, suite à l'ingestion de la préparation de lactulose et fructose.
Clairement, j'ai ressenti des douleurs, chaque minute qui passait, j'avais de plus en plus mal (et encore maintenant alors qu'il est 16h30 je souffre encore de cette ingestion !!!).

Puis on me repose le marque à oxygène et me demande de souffler à nouveau dedans.
Retour des "bip bip", et de l'appareil qui enregistre mon souffle et ce qui en sort.

Cela dure à nouveau une dizaine de minutes.

Après cela, on m'enlève le masque.

Ce qui est bien c'est que les résultats sont immédiats, enregistrés et analysés par l'appareil.
En gros, l'appareil sort un chiffre de fermentation pour chacune des spécificités (niveau de SIBO général, hydrogène, méthane, lactulose, fructose) que le docteur note, et ainsi on sait à quel niveau on fermente et de quelle fermentation en particulier.


12h30 : consultation avec le docteur


Enfin, pour conclure ces tests, j'ai eu une consultation de 45 minutes environ avec la médecin (profession : gastro-entérologue).

La consultation a été en 3 temps :


  1. Explication des résultats du test respiratoire
  2. Explication du traitement médicamenteux à prendre
  3. Explication de l'alimentation à suivre



Je vous en donne les détails ci-dessous :



Explication des résultats du test respiratoire


En fait, c'est très "simple" : je fermente à tout et à un niveau qu'elle n'a jamais vu.
Pour elle, j'ai une fermentation énorme et le moindre aliment m'engendrera des douleurs abominables de fermentation : gaz, ballonnements, spasmes intestinaux, constipation par ricoché, remontées acides par ricoché sans oublier entretien de l'irritation des intestins (ça fermente donc ça racle les parois).
Donc quoi que je mange, j'irrite à l'heure actuelle mes intestins et je souffre...

Je le savais (pas besoin d'un examen pour savoir que le moindre aliment me fait souffrir le martyr) mais bon au moins j'en ai la preuve scientifique (parfois ça fait du bien d'avoir une preuve !).






Explication du traitement médicamenteux à prendre


La gastro-entérologue m'a dit que l'urgence numéro 1 était de stopper la flore de fermentation.
Et donc pour cela, vu le niveau de fermentation que j'ai, un seul moyen : traitement d'attaque aux antibiotiques.
Je lui ai dis que les antibiotiques allaient encore plus détruire ma flore intestinale, mais elle m'a dit que vu mon niveau de SIBO on n'avait pas d'autres choix que les antibiotiques.
Et qu'en parallèle, j'allais prendre de l'ultra-levure pour ma flore intestinale (des levures, pas des probiotiques hein, comme je le précisais au début de mon article, attention de ne pas se tromper en cas de SIBO ou vous allez le sentir à vos dépens !).

Donc mon traitement pour le mois est le suivant :

  • Flagyl 500 : 1 comprimé matin et 1 comprimé soir pendant 10 jours
  • suivi par Minocyne 100 : 1 comprimé le soir pendant 3 semaines
Flagyl est un anti-bactérien et anti-parasitaire, et Minocyne est un antibiotique.

  • Ultralevure 50 : 1 à 4 comprimés par jour pendant 1 mois
  • Transipeg 5.9 : 1 sachet par jour 
L'ultralevure est pour la flore intestinale (pour protéger ma flore des antibiotiques) et Transipeg est un laxatif pour soulager ma constipation (pas de Psyllium car le psyllium fermente et irrite lorsqu'on a le SIBO; d'ailleurs je m'en étais rendue compte et je l'avais arrêté).

  • L-glutamine 500 mg : 1 à 2 comprimés par jour.
La L-glutamine permet de réparer ma barrière intestinale.
Dans 1 mois, elle m'a dit qu'il faudra apporter une préparation entière de reconstitution de ma barrière intestinale mais que pour l'instant je ne la supporterai pas (ce qui est le cas, je le sais, puisque j'ai déjà essayé. Déjà la glutamine, j'ai du mal à la supporter toute seule donc bon...).

Explication de l'alimentation à suivre


La gastro-entérologue m'a dit que si je ne mangeais pas scrupuleusement ce qu'elle allait m'indiquer, les antibiotiques et le traitement ne serviraient à rien et toutes les bactéries continueraient de se repeupler continuellement.

Pendant 1 mois (toute la durée du traitement), je ne dois manger que 
  • des protéines : poisson, viande, et protéines de riz ou de pois en poudre si elles passent (à essayer).
  • des bouillons de poulet ou de gélatine (à essayer si ça passe - je vous en parlerai dans un futur post car c'est une panacée pour guérir ces muqueuses intestinales ça !).
  • des légumes cuits à la vapeur et sans FODMAP : La liste complète de tous les aliments pauvres en FODMAP : à télécharger

Aucun écart et surtout règles indispensables moyennant une rechute si écart :
Ces 2 conditions pour ne pas nourrir les bactéries dans mon corps.

  • que du cuit (le cru ne pouvant être supporté vu mon état d'inflammation).


Voilà, vous savez tout....






PARTAGEZ CET ARTICLE

Auteur:

Malade depuis 4 années de colopathie fonctionnelle, SIBO, candidose, brûlures d'estomac, reflux, je m'en suis moi-même sortie. Je vous fais partager sur ce blog tous les moyens qui m'ont permis de m'en sortir.

N'oubliez pas de vous abonner à ce blog : Abonnement au blog Guérir ses Intestins, ainsi que sur mes réseaux sociaux : Ma page Facebook / Ma page Twitter / Ma page Google+ / Ma page Pinterest / Ma page Instagram

Post Précédent
Post Suivant
Kelly
24 juin 2015 à 23:00

Que dire !! Cet examen j'en ai toujours entendu parler mais jamais vu de témoignage, c'est très intéressant ! Je voulais le demander à mon gastro-entérologue mais j'ai hésité pensant que j'ai des douleurs trop minime. Bref, bien sûre que tu souffres le martyr, j'ai peine à croire que ton gastro-entérologue ne s'en aperçoit que maintenant !! Il suffit de te lire pour s'en rendre compte ! C'est sûre que tu as du être soulagée qu'enfin on te prenne au sérieux ! Je croise les doigts pour ton traitement, que tu réussiras à le suivre. Ne sois pas gentille avec les vilaines bactéries qui te transforment complètement et redeviens l'Isabelle d'avant dont tu me parles, la battante ! Allez courage !!!
Je suis également hyper rassurée entre la différence entre l'ultra-levure et les probiotiques. Ce n'est pas la première fois que j'entends que les probiotiques ne sont pas toujours très sains, surtout quand on ressens de vive douleur après la prise. Ton témoignage me conforte sur ce que je pensais déjà.
Je t'envoie pleins d'ondes positifs, super article !

Répondre
avatar
25 juin 2015 à 09:46

Merci beaucoup Kelly pour ce message qui me touche énormément !
Fight les bactéries, à moi la santé dans les mois qui viennent, je vais TOUT faire pour !!!

Répondre
avatar
25 juin 2015 à 22:56

Coucou. Je ne connaissais pas ce test. J'espère que le traitement va être efficace et que ça va aller mieux. Tiens nous au courant.

Répondre
avatar
Anonyme
19 août 2015 à 22:37

Bonjour,

Récapituler mon parcours serait trop long.

J'ai vécu néanmoins plus ou moins la même chose sauf que je m'en suis sorti seul. Je ne sais pas si nous avons les mêmes sources, mais nous avons vécu les mêmes conséquences.

Les médecins ont toujours mis mes maux d'intestins sur le stress... la colopathie fonctionnelle était dans la tête.

J'ai beaucoup lu sur les intestins, sur leur perméabilité, sur le sibo, l'équilibre de la flore, et sur les fodmaps. Il n'y a qu'ainsi que j'ai pu largement améliorer mes conditions de vie.

Aujourd'hui, je suis en train de jeuner à l'heure actuelle, pour mettre sur pause mon système digestif.

Je vais ensuite reprendre un régime fodmap.

Je ne peux que te conseiller de prendre de l'extrait de pepins de pamplemousse qui est un antibiotique naturel pour lutter contre ton sibo au quotidien.

Courage ! il faut continuer à tenter, il n'y a qu'ainsi qu'on peut y arriver.

Répondre
avatar
Isa
20 août 2015 à 09:15

Ouah, ton commentaire me touche de plein fouet : je crois que ton parcours est MON parcours, et qu'on en est arrivé aux mêmes conclusions : c'est par soi même qu'on se sortira de ce merdier et qu'on guérira.

J'aurai tant de choses à te dire, qu'une simple réponse en commentaire ne suffira absolument pas. Aussi, je vais écrire plusieurs posts la, pour te répondre en détail : post sur le jeune que j'ai essaye aussi.
Et je pense a 100% comme toi : mettre le système digestif au repos, pour ensuite enchainer sur le régime pauvre en FODMAP. C'est exactement ce que je viens de débuter depuis 3 jours (mais pas un jeun, car j'ai teste beaucoup de jeun et cela m'a plus enfonce qu'aide, alors j'ai débuté une diète stricte (je l'appellerai plutôt comme ca) que je vais donc t'expliquer dans un prochain post que je vais poster sur le blog (d’ici ce soir j’essaie de le poster).
L'extrait de pépin de pamplemousse est un super antibiotique naturel, mais chez moi il ne marche pas du tout, et au contraire m'irrite méchamment les intestins. Commence a petite dose : 1 goutte premier jour, 2 gouttes 2 jours après et ainsi de suite jusqu'a 15 jours par jour

Répondre
avatar
Delphine
9 septembre 2015 à 23:40

Es-tu sûre que le psyllium fermente et irrite lorsqu'on a le SIBO ?

Moi je ne sais pas car j'ai mal 24h/24 donc je ne me rends plus compte.

Actuellement je prends 1 cuillère à soupe de psyllium le soir et 2 comprimés de Dida (cannelle, thym..) : http://www.vitalco.com/digestion-candida-intestins/16-dida-flore-intestinale.html

Répondre
avatar
Isa
10 septembre 2015 à 09:48

Irriter, cela dépend de l'état de tes intestins.
Fermenter par contre si tu as le SIBO, c'est 100% sûr!

Répondre
avatar
Delphine
10 septembre 2015 à 23:48

Je vais arrêter le psyllium alors je pense jusqu'au RV des tests...un pot à demi plein il me reste...Merci pour l'info.
Et dire qu'on me disait sur les groupes FB que le psyllium c'était super pour les intestins bla bla..

Répondre
avatar
Isa
11 septembre 2015 à 09:56

Moi aussi il me reste un sachet quasi entier de psyllium.
Oui, teste l'arrêt, à mon avis tu vas sentir du bien. Comme moi quand j'avais stoppé.
Pareillement, on m'avait dit que c'était super. C'est super oui, mais pas pour ceux qui ont le SIBO !

Répondre
avatar
3 novembre 2015 à 23:18

Oui je confirme ! le psyllium fermente c'est sur !! j'en ai pris pendant un moment, je l'ai arrêté et j'ai vu que j'étais un peu mieux. Je l'ai repris il n'y a pas longtemps et je confirme bien, çà fermente !!

Répondre
avatar
Isa
3 novembre 2015 à 23:37

Pareil que toi, j'ai pris du psyllium pendant au moins 1 an pensant que cela me faisait du bien.
Le jour où je l'ai arrêté, j'ai senti un grand mieux.
Et lorsque je l'ai re-essayé, mon dieu les douleurs !

Répondre
avatar
21 décembre 2015 à 08:24

Bon, je n'osais pas te demander ton avis car j'appréhende mais je me lance... Je n'ai pas pu faire le breath test mais le doc m'a proposée de tester le traitement et m'a prescris 10j de Flagyl sur 2 mois ...
Ma nutritionniste qui maîtrise le sujet m'a proposée en alternative ou en complément, Ecodyn et Paracid de chez Bionutrics ... Je n'ai confiance ni en l'un ni en l'autre ... J'ai repris mon nouveau boulot et je n'ai pas du tout envie de me retrouver sans dessus dessous donc ... Je n'ai rien tenté !!!

Répondre
avatar
Isa
21 décembre 2015 à 19:52

Ce que l'on t'a prescrit ne m'étonne absolument pas... et tu connais je pense mon avis : je te déconseille personnellement de suivre ces prescriptions. Après, à toi de voir, mais j'espère que tu ne connaîtras pas la réaction atroce que j'ai eu avec le Flagyl.

Répondre
avatar
9 février 2016 à 15:48

Bonjour, Je viens de découvrir ton blog et je voulais savoir si tu pouvais transmettre les coordonnées de ton medecin qui t'a fait ce test stp car il a l'air compétent. Merci beaucoup

Répondre
avatar
Isa
9 février 2016 à 20:52

J'ai mis le nom du médecin qui m'a pratiqué le test respiratoire dans le post suivant : http://vivreavecuncolonmalade.blogspot.fr/2015/11/les-tests-respiratoires-et-le-docteur.html.
C'est le docteur De Malezieu, la seule médecin gastro-entérologue sur Paris qui pratique ce test (les autres ne sont pas gastro-entérologue). Mais sincèrement je ne la conseille pas : antipathique et incapable de donner un bon traitement après...

Répondre
avatar
27 avril 2017 à 10:05

Isa, j'ai lu que tu faisais des consultations individuelles, comment est-il possible de prendre rv avec toi ? Merci d'avance pour ta réponse !

Répondre
avatar
laurie-anne
6 juin 2017 à 17:13

Bonjour Isabelle, je souffre des mêmes symptômes depuis plusieurs années et rien n'y fait. Ton témoignage me redonne de l'espoir.Cependant, tu détails le traitement donné par la gastro-entérologue, qui comporte du Flagyl et dans les commentaires tu dis avoir souffert à cause de ce médicament - voir 21/12/2015 à Mimile DAC. Quand est il finalement ? merci d'avance :)

Répondre
avatar
Isa
14 juin 2017 à 18:23

Bravo, envoie-moi un email sur l'adresse mail du blog.

Répondre
avatar
Isa
14 juin 2017 à 18:24

Bonjour Laurie-Anne, la gastro-entérologue m'avait prescrit le Flagyl et au bout de 2 jours je l'avais arrêté tellement ce médicament me foudroyait : il m'a fallu des semaines pour m'en remettre. Je te déconseille en effet la prise de ce médicament.

Répondre
avatar
Solène
29 juin 2017 à 15:30

Bonjour. Si vous ne la conseillez pas alors vous conseillez d'aller vers quel docteur pour faire ce test ? J'avoue me sentir un peu perdue j'habite dans l'est de la France et je n'ai aucune idée de où je peux faire ce test merci

Répondre
avatar
Isa
1 juillet 2017 à 11:56

Bonjour Solène, il faut envoyer un mail à foret-nature@orange.fr afin de demander la liste des praticiens équipés dans ta région et près de chez toi.

Répondre
avatar
23 octobre 2017 à 11:13

Merci Isabelle pour tous ces renseignements précieux. Je suis en pleine crise d'intestins irrités en particulier depuis deux mois.
Je suis tombée sur tes conseils. Je me sens moins seule avec mon problème car cela m'empêche de faire une vie normale (sorties, vacances, soirées etc). Je vais essayer de trouver un thérapeute compétant dans Paris pour me faire suivre. Merci infiniment.

Répondre
avatar
25 novembre 2017 à 17:18

Bonjour, merci de cet article tres clair. Je suis naturopathe et bien au courant du SIBO, mais mon problème c'est: ou puis-je envoyer mes patients se faire tester?
Je n'avais pas ce problème en vivant aux Etats-Unis ou n'importe quelle personne peut commander un kit et le faire à la maison, mais ici, c'est plus compliqué! Merci de votre aide, si vous avez une suggestion!

Répondre
avatar
Noëmie
27 novembre 2017 à 21:50

Bonjour Isa. Quel bonheur de tomber sur ton site ! 10 années d'errance médicale après ;)
Je suis française mais je vis au Canada et je n'arrive pas à trouver de test respiratoire comme le tien. Ici les tests sont vendus en kit et se font chez soi, sais-tu s'ils sont aussi fiables que ceux faits chez un médecin avec une machine ?
Par ailleurs, ils ne testent que l'hydrogène et le méthane, pas l'acide acetique ou l'acetate de méthyle. Est-ce important de les tester selon toi ?

merci d'avance !! :)
Noëmie

Répondre
avatar
Anonyme
13 décembre 2017 à 23:42

Bonjour Isa,
je découvre ton blog, et tout d'abord merci à toi et bravo aussi !
j'ai depuis huit mois tout un tas de symptômes qui ont évolué et que je me reconnais en partie dans vos récits. J'ai commencé par avoir des brulures dans la gorge depuis des années, puis des vertiges, des mots de tête, des spasmes comme si j'allais vomir, des sensations d'^tre poussée par terre et de ne plus pouvoir être sûre e tenir debout, des tachycardies, des maux de ventre, insomnies, essoufflement, douleurs articulaires, nerveuses, bras gauche engourdi, pression dans le crâne, oreilles bouchées en permanence, puis brûlures terribles au niveau de l'appareil respiratoire, impression d'avoir bu la tasse qui dure pendant plusieurs jours, et maintenant gaz, gaz, gaz et rots, et reflux acides, alternances diarrhées-constipation, parfois gonflements de la gorge, des chevilles, des pieds, déclenchés par la prise d'un complément alimentaire à priori anodin ou autre (quoi ?), je suis allée plusieurs fois aux urgences sans qu'il ne se passe quoi que ce soit, ils ont fini par m'orienter vers ORL (pour les vertiges et oreille interne) qui m'a prescrit Betaserc (très mauvais pour l'estomac) et j'avais beau dire que ça ne me faisait pas du bien, l'ORL me répondais de continuer, ça ne pouvais pas me faire du mal, ensuite un autre ORL a rajouté des IPP, j'ai pris deux jours, mais je n'ai pas supporté, j'ai arrêté de suite, j'ai pris des benzodiazépines, du Valium, des bêtabloquants, mais petit à petit je ne supportais plus cela non plus, j'ai essayé le Gaviscon (une petit sachet de gel) et j'ai cru mourrir, mega réaction, plus possible de respirer correctement, coeur qui accélère etc, comme j'étais en quasi ménopause, j'ai pris des hormones transdermiques, aucun résultat, j'ai pris des huiles essentielles (en gellules), j'ai eu une fibroscopie et on m'a trouvé une gastrite érosive et des hélicobacter Pilori, j'ai repris des huiles essentielles, de l'argent colloïdal, de l'homéopathie, il y a eu un mieux pendant presque deux mois, puis retour des symptômes et même des nouveaux symptômes. Et des choses que je supporte un jour et pas un autre, comme le thé, le vin, le chocolat, le yaourt (qui peut déclencher un niveau de gaz incroyable), les fruits... Voilà, j'ai globalement l'impression que mon état empire. Je suis en arrêt maladie (avec très forte diminution de mes ressources) mon employeur m'a déclarée maintenant inapte définitivement et je vais probablement me retrouver mise à la retraite anticipée d'office (vu mon âge et le temps où j'ai travaillé dans ma vie (je me suis occupée de trois enfants), je pense que ça ne me fera même pas unRSA..., je précise qu'en plus je suis seule ) bref, je suis vraiment motivée pour guérir et ne pas rester trop longtemps dans cette situation. Avez-vous des pistes pour éviter de perdre trop de temps à essayer de fausses pistes ? Si vous êtes disponible, est-ce possible de se rencontrer (je suis sur Paris) ? merci encore, j'espère que je n'ai pas été trop longue et desespérante avec mon post...
Bon chemin de guérison à tous.
Corinne

Répondre
avatar